Vie de la permanence

Communiqué sur l’évacuation de la ZAD à NDDL

NOTRE-DAME-DES-LANDES : LE GOUVERNEMENT TIENT SES ENGAGEMENTS

Les opérations d’évacuations de la « zone à défendre » (ZAD) de Notre-Dame-desLandes ont débuté hier matin, conformément aux engagements du Gouvernement.
Au lendemain de la décision de l’arrêt du projet d’aéroport à Notre-Dame-desLandes, mettant fin à 50 ans de tergiversations, le Gouvernement s’engageait sur un calendrier. Il fallait en tout premier lieu que, dans les deux semaines, les routes départementales soient rendues à la libre circulation. Force est de constater que cela a été fait avec, qui plus est, la coopération des zadistes eux-mêmes.
Ensuite, et nous y sommes, il fallait que, dans les deux mois, le site de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes soit évacué. Les opérations, qui ont débuté tôt ce matin, marquent le début du retour à l’État de droit. Il faut rappeler ici que ce retour a vocation à redonner à Notre-Dame-des-Landes son caractère initial et à répondre à des préoccupations environnementales. D’une part en effet, le Gouvernement a promis aux agriculteurs, qui avaient été expulsés en raison du projet d’aéroport, qu’ils pourraient retrouver leurs terres. Par ailleurs, les terres, qui appartiennent à l’État et au Conseil départemental, pourront être vendues dans le cadre de projets agricoles à définir. Ainsi, les zadistes, sous réserve qu’ils soient animés par la volonté de créer un projet agricole réel et viable, ont vocation à rester. Ce n’est évidemment pas le cas de ceux qui s’inscrivent uniquement dans la violence et la radicalité. Chacun doit être mis devant ses responsabilités.
Il nous faut dorénavant nous tourner vers l’avenir et vers cette évolution du Grand Ouest qui est enclenchée. Il s’agit maintenant, au-delà des événements actuels autour de l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, d’imaginer le développement de ce territoire qui s’articule autour de trois grandes métropoles : Rennes, Nantes et Brest. Le Gouvernement a clairement exprimé cette position par la voix de son Premier Ministre le 17 janvier dernier : « Ce à quoi le Gouvernement s’engage, c’est de garantir que Brest, que Nantes, que Rennes, disposent de liaisons faciles avec les autres métropoles européennes et de mettre en place des liaisons rapides avec les hubs long-courriers internationaux. »
La fin de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes doit par conséquent marquer le commencement d’une mutation d’envergure des infrastructures en matière de transports à l’échelle du Grand Ouest. Le Gouvernement sera sans nul doute à la hauteur de cet enjeu pour le territoire, mais aussi pour le pays tout entier.

Contact presse : 06.78.54.42.52

Voir plus

Articles Similaires

Close
Close