Assemblée nationaleInterventions

Hypnothérapie : une alternative thérapeutique à encadrer

Question écrite

Question n°14616 du 27 novembre 2018 posée à la ministre des Solidarités et de la Santé

Texte de la question :

Certification professionnelle d’hypnothérapeute

M. Gaël Le Bohec attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la création d’une certification professionnelle en hypnothérapie. Le recours à l’hypnothérapie est de plus en plus fréquent dans le traitement de divers troubles ou pathologies : en cas de stress intense, d’addictions au tabac ou au sucre, de troubles du comportement alimentaire ou de fatigue chronique. L’hypnothérapie constitue également une alternative thérapeutique utilisée pour les enfants et adolescents victimes de phobie scolaire, de troubles de la concentration ou d’énurésie. De manière générale, une vingtaine d’applications de l’hypnose ont été relevées par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, dont les addictions, le domaine préventif, le domaine sportif, les douleurs aiguës ou chroniques, la gastroentérologie, la psychologie, la psycho-traumatologie et victimologie. De fait, l’hypnothérapie connaît un développement exponentiel depuis plusieurs années. Le baromètre PagesJaunes, qui décrypte les usages des internautes en matière de recherches de santé, a en effet relevé, depuis 2017, une hausse des requêtes portant sur l’hypnothérapie à hauteur de 530 % en l’espace de trois ans. En l’absence d’une certification professionnelle et d’un référentiel métier, les patients ne sont pas en mesure de savoir à qui ils s’adressent. Aussi, il souhaite savoir quelles mesures le Gouvernement compte prendre pour sécuriser la pratique de l’hypnothérapie en France.

Tags
Voir plus

Articles Similaires

Close
Close