Canton de GuichenCommuniqué de presse

Communique de presse : RETOUR SUR LA RAVE PARTY ILLÉGALE DU NOUVEL AN À LIEURON

RETOUR SUR LA RAVE PARTY ILLÉGALE DU NOUVEL AN À LIEURON
« Face à l’inconscience et à l’égoïsme,
c’est le discernement et la fermeté de l’État qui sont à saluer »

« Il est parfois utile de réagir à froid, de prendre du recul. Revenir sur les événements qui ont placé Lieuron sur le devant de la scène durant trois jours au moment du Nouvel an me semble nécessaire.

Certes, nous traversons collectivement une période singulière et éprouvante. Manque cruel d’interactions sociales, mesures de restriction des libertés publiques, difficultés à trouver un stage ou un premier emploi sont autant de maux qui s’imposent à nous depuis maintenant un an du fait du coronavirus.

La crise sanitaire devrait appeler à l’esprit de responsabilité et de solidarité. Or, les organisateurs et les participants de la rave party de Lieuron se sont laissés guider par leur inconscience et leur égoïsme. Au moment où nous avons le plus grand mal à contenir le virus de la Covid-19, ils ont pris tous les risques possibles pour faire exploser les chiffres des nouvelles contaminations : non port du masque, absence totale d’hygiène et notamment le lavage des mains, partage des bouteilles d’alcool et autres substances pas toujours légales…

Quel égoïsme au regard des efforts consentis par l’ensemble des Français !

A contrario, les autorités – Préfecture, maires et forces de l’ordre – ont été remarquables de pragmatisme. De fait, aucun blessé grave n’est à déplorer parmi les 2 400 participants à la rave party ou les forces de l’ordre.

Pour mesurer le professionnalisme de l’intervention des forces de l’ordre, une chronologie s’impose. Le 31 décembre, vers 20h00, 50 personnes investissent la grange à Lieuron. Les gendarmes du secteur interviennent immédiatement et font face à la détermination des fêtards, qui blessent trois d’entre eux légèrement et brûlent un de leurs véhicules. La Préfecture décide alors de ne pas faire courir davantage de risques afin d’éviter un drame, que ce soit du côté des gendarmes ou des raveurs. Des renforts sont appelés et, dans l’intervalle, les participants à la rave party affluent très rapidement de toute la France et même de toute l’Europe. Les autorités de l’État, en lien avec les maires de Lieuron et des communes avoisinantes, ont su réagir avec fermeté et discernement et sont parvenus à une évacuation sans heurt dès le 2 janvier entre 9h00 et midi. Enfin, le bilan est sans ambiguïté : 1 645 verbalisations, une information judiciaire ouverte pour un total de « 16 qualifications délictuelles, dont mise en danger de la vie d’autrui ». Avec quatre personnes en garde-à-vue et la mise en examen d’un organisateur présumé qui risque jusqu’à dix ans de prison, les investigations se poursuivent.

Il faut rappeler que le principe des rave party est l’effet de surprise. Sur ce point, les organisateurs ont parfaitement réussi leur coup. Face à la sidération et à 2 400 personnes, le risque était grand de tomber dans une situation chaotique et périlleuse. C’est in fine la maîtrise des événements par les autorités qui est à saluer. »

 

Ouest-France du 09/01/2021 :

http://Rave en Ille-et-Vilaine. Gaël Le Bohec dénonce « l’inconscience et l’égoïsme » des organisateurs (ouest-france.fr)

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page