Circonscription

Grenelle local de l’éducation – 10 décembre 2020

Grenelle de l’Education – Propositions des 3 ateliers de l’axe « Coopération »

L’objectif est simple : donner la parole aux parties prenantes sur les territoires et porter des propositions coconstruites avec les interlocuteurs.
Grâce aux nombreux échanges avec l’ensemble des participants, 5 propositions émanent des discussions :

1. Créer des passerelles et ouvrir l’école notamment vers les entreprises, les lieux de cultures pour construire des projets communs ayant pour seul objectif : travailler pour l’avenir des élèves. (1.2 / 1.3)

2. Refondre la formation initiale des enseignants sous forme de modules (numérique, animation, médiation) et envisager un accompagnement personnel, après identification des besoins auprès en particulier des jeunes enseignants. (1.1 / 2.1 / 2.2 / 2.3)

3. Créer un lien de coopération entre les enseignants et les parents dans la création du parcours de l’enfant. (3.4)

4. Repenser l’organisation globale du système pour mettre en place une école qui permette réellement la mise en oeuvre des objectifs notamment dans l’individualisation des parcours, dans l’inclusion, et dans l’accueil des enfants avec des besoins spéciaux. (3.3)

5. Affirmer l’autonomie des chef(fes)s d’établissements dans leurs rôles décisionnaires et permettre de déléguer le statut de leader en fonction des projets pédagogique. (1.4 / 3.1 / 3.2 / 3.5)

Grenelle de l’Education – Ses objectifs

Annoncé en août 2020, le Grenelle de l’Éducation paraît d’autant plus nécessaire aujourd’hui pour rassembler l’ensemble de la communauté éducative et toute la société civile autour d’un projet commun pour notre École.
« Du 23 au 31 août derniers, une consultation inédite lancée à l’initiative de députés LaRem a recueilli 22 264 réponses d’acteurs du monde enseignant (professeurs, directeurs d’écoles, représentants syndicaux…) et leurs attentes sont nombreuses. De fait, seuls 5,9 % des répondants apprécient le fonctionnement du système éducatif. De même, si 71,9 % prennent du plaisir à exercer leur métier et 75,7 % estiment que leur travail a un impact sur la réussite des élèves, seuls 3,2 % considèrent que leur profession est reconnue par la société. Enfin, seulement 8,7 % des professeurs recommanderaient ce métier, pourtant fondateur de notre vie commune et de notre avenir, à leurs amis et à leurs enfants.

Forts de ces constats, l’organisation de Grenelle locaux vise à alimenter le ministère de l’Éducation nationale en idées novatrices et véritablement ancrées dans le quotidien des personnels de l’Éducation. Des maîtres heureux, ce sont des élèves heureux. C’est ce cercle vertueux qu’il faut renforcer » Gaël Le Bohec
Le Grenelle de l’éducation obéit à quatre mots clés, qui sont les axes d’évolution souhaité pour l’Education nationale : reconnaissance, coopération, ouverture et protection.

Le Grenelle de l’éducation doit se nourrir de toutes les expertises, de tous les regards et de toutes les contributions des parties prenantes de l’École et de notre pays : familles, partenaires sociaux, acteurs territoriaux, et citoyens. L’objectif est de travailler aux moyens de renforcer l’École de la République dans son rôle et dans sa place au sein de la Nation.

4 axes de travail :
❖ Reconnaissance : Au-delà du chantier de la revalorisation des personnels, il s’agit de renforcer l’écoute et la proximité à tous les niveaux de la communauté éducative, et de mieux définir la place et les missions de l’encadrement pour reconnaître et accompagner les talents.

❖ Coopération : Une coopération plus affirmée pour renforcer l’esprit d’équipe, la collégialité et la solidarité entre les différentes parties prenantes de la communauté éducative. Cette coopération implique une réflexion sur la place et le déploiement des collectifs pédagogiques, les politiques de formation des personnels et les principes de gouvernance des écoles et des établissements.

❖ Ouverture : Une plus grande ouverture du système éducatif afin mieux adapter les structures à leur environnement en interrogeant l’autonomie des établissements, la fluidité des parcours, et le rôle du numérique au sein de l’École.

❖ Protection : Comment améliorer l’accompagnement des personnels dans la gestion des cas difficiles ? Comment mieux articuler les différents services de l’Etat pour assurer la protection des professeurs quelles que soient les circonstances ?

Des grenelles locaux sont organisés dans toute la France et l’ensemble des propositions seront transmises par l’assemblée nationale au Ministère de l’Education Nationale à la fin du mois de janvier 2021.

Grenelle de l’Education « Coopération » – Présentation générale

L’ensemble des participants inscrits ont été répartis en fonction de leurs choix sur 3 ateliers différents :
Collectifs pédagogiques
 Formation
 Gouvernance des écoles et des établissements

Les participants ont pu de façon ouverte, prendre la parole et exprimer leur constat et co-construire des propositions par ateliers. Les propositions ont ensuite été restituées par un(e) animateur(rice)s.

1. Collectifs pédagogiques :

Participants :
Inspecteur Education nationale, Directrice Entreprendre Pour Apprendre, Parent, Président organisme d’éducation et de formation, Enseignant
Constats :

L’école française se caractérise encore comme un lieu fermé, fonctionnant trop souvent sur l’entre-soi. Le groupe a pointé cette caractéristique pas toujours présente dans toutes les écoles mais suffisamment pour essayer d’imaginer une autre relation avec l’usager d’un service public, la famille et ceux qui ont en charge son fonctionnement. La volonté de chacun étant de permettre un accès plus facile à la culture de l’école, d’installer un lien de façon à constituer une vraie communauté éducative. Le numérique a été cité comme outil facilitateur pour construire des projets communs.

Propositions :

  • 1.1 / Créer des coopérations entre les enseignants et les parents en utilisant le numérique.
  • 1.2 / Développer des liens entre les élèves et les entreprises
  • 1.3 / Donner du sens aux travaux menés dans les écoles en leur permettant de travailler sur les projets
  • 1.4 / Revoir le pilotage des écoles et des collèges en installant un personnel maitrisant les clés de la gestion des ressources humaines, un leader.

Feuille détaillée de l’atelier (pour d’avantage d’informations sur les échanges)  :

2. Formations :

Participants :
Etudiants, enseignante, employée secteur privé

Constats :

Les enseignants reconnaissent que leur formation est très théorique et pas assez pratique. Ils disent y acquérir les connaissances à transmettre mais finalement assez peux “comment transmettre”. A l’heure d’internet et à l’accès quasi illimité aux connaissances, ils manquent de moyens pour animer leurs groupes classes. De plus, le confinement a mis en évidence la difficulté à manier les outils numériques et particulièrement à rendre ces outils le plus vivants possible pour animer leur classe et maintenir le lien avec les élèves, particulièrement les plus discrets ou les moins impliqués. L’autre constat est la difficulté pour les enseignants d’accéder à la formation de leur choix tout au long de leur carrière. En effet, la formation initiale trop uniforme ne s’adapte pas à leurs réalités propres.

Propositions :

  • 2.1 / Formation initiale des enseignants plus “pratique” (stages)
  • 2.2 / Formation en animation / médiation / coopération + usages numériques
  • 2.3 / Mais surtout une formation différenciée selon les profils de candidats (initiale et/ou continue)

Feuille détaillée de l’atelier (pour d’avantage d’informations sur les échanges)

3. Gouvernance des écoles et des établissements

Participants :
Enseignants, syndicat SGEN CFDT, Directeurs d’école

Constats :

La crise sanitaire a été un révélateur des dysfonctionnements en termes de gouvernance des écoles et établissements : prise de décision très descendante. Attente constante des enseignants avec des décisions très souvent données au dernier moment. La marge de manoeuvre pour les chefs d’établissements est très réduite. Protocoles Covid montés et transmis dans l’urgence, sans tenir compte des difficultés logistiques qui ont parfois rendu impossible l’application du protocole, et qui ont pu mettre les enseignants en mal-être et les élèves en danger.
Se pose la question de la façon dont est organisé le système et le manque de prise en compte des réalités du terrain. Le système laisse peu d’autonomie localement sur le terrain avec une charge de responsabilités assez lourdes. Pendant la crise, par exemple, les directeurs et directrices d’école ont été considérés et responsabilités comme des chefs d’établissement, alors qu’ils n’en ont ni le statut ni les moyens.
Décision pédagogique dans le premier degré : qui doit prendre les décisions ? : politique descendante ou Conseil des maitres : confiance en la liberté pédagogique des enseignants en s’appuyant sur leurs expériences du terrain.

Propositions :

  • 3.1 / Reconnaitre par le législatif le rôle décisionnaire des conseils des maitres et affirmer l’autonomie des chefs d’établissements (financiers et décisions pédagogiques).
  • 3.2 / Cadrer les moyens financiers attribués aux établissements pour réduire les inégalités (péréquation).
  • 3.3 / Avoir une marge de manoeuvre suffisante pour que chacun y trouve sa place (programme pédagogique, vie scolaire, milieu familial).
  • 3.4 / Faire entrer les parents dans l’école comme de véritables partenaires de la réussite de leurs enfants, y compris pour les plus grands. Cela passe notamment par l’accompagnement à la parentalité quand c’est nécessaire (singulièrement en REP). Ainsi que par une meilleure connaissance que les enseignants ont de l’environnement social de leur établissement, et des acteurs éducatifs locaux qui sont des partenaires possibles (éducation populaire, associations, maisons de quartier…). Une meilleure connaissance du temps global de l’enfant sur une journée et des interlocuteurs qui sont les siens.
  • 3.5 / Repenser l’organisation globale du système pour mettre en place une école qui permette réellement la mise en oeuvre des objectifs qu’elle se fixe aujourd’hui, notamment dans l’individualisation des parcours, dans l’inclusion, et dans l’accueil des enfants allophones.

Feuille détaillée de l’atelier (pour d’avantage d’informations sur les échanges)

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page