Canton de Plélan le Grand

Inauguration de la Canopée à Plélan-le-Grand

1. Historique
L’ouverture de la Canopée est l’aboutissement d’un long travail porté par 3 conseils municipaux successifs. Rapide historique : en 2008, un diagnostic sur l’accessibilité des bâtiments communaux invite les élus à s’interroger sur leur l’évolution et les besoins des habitants et des associations de Plélan.
Une étude globale est donc lancée en 2009 sur l’ensemble des bâtiments communaux : elle est assortie d’ateliers de concertation où des responsables associatifs et bénévoles sont invités afin d’échanger sur leurs besoins.
A l’issue de cette étude, les besoins et services sociaux, le lien social et intergénérationnel ressortent comme des axes de travail prioritaires.
L’objectif était d’apporter une réponse cohérente à la vétusté des bâtiments existants, énergivores, non accessibles et répondant mal à la qualité de l’accueil attendue pour les services proposés : une réponse adaptée aussi à la place de Plélan dans son bassin de vie comme pôle de centralité, dépassant forcément les seuls besoins communaux.
En 2011, les études de programmation d’un équipement structurant démarrent avec l’idée de regrouper en un lieu unique les services dédiés à l’enfance, à la jeunesse et à l’action sociale. L’Interv’al, qui s‘appelait encore l’ADSCRP, l’ADMR et d’autres futurs utilisateurs sont à nouveau consultés et le programme de l’équipement qui deviendra la maison de l’enfance et des services est finalisé fin 2013.
La localisation est choisie en proximité immédiate des écoles publiques des services, dans un secteur destiné par le PLU à accueillir des logements.
Le conseil municipal élu en 2014 lance le concours d’architecte et retient le projet de l’agence Menguy Architectes porté par Mhedi Baa : un bâtiment passif en bois et paille, qui serve de point de départ et de polarité d’un nouveau quartier. Les études démarrent, le terrain est acheté.
En 2015, les études arrivent en phase Avant-projet définitif, le Permis de construire est déposé mais le plan de financement est loin d’être abouti.
En 2016, la nouvelle équipe municipale élue en avril se réapproprie le projet : faire ou ne pas faire, telle est la question….
Une large séquence de concertation démarre avec l’architecte, la communauté de communes, les usagers, les financeurs certains et potentiels.
Des salles de réunion et d’activité sont supprimées, des locaux sont modifiés pour intégrer un multi-accueil. Le maître mot a été « efficience des dépenses publiques » et mutualisation des locaux.
Fin 2016, le projet est finalement stabilisé et son plan de financement est proposé aux partenaires.
Je tiens à saluer le vote du conseil la communauté de communes de Brocéliande qui, en janvier 2017 accepte le principe d’un fond de concours de 900 000 €, décisif dans la poursuite du projet. Les travaux démarrent à l’automne 2017 et se terminent partiellement en juillet 2019.

2. La concertation et participation
Ce projet a nécessité beaucoup de concertation : avec les futurs usagers et notamment l’Inter’val, la communauté de communes, avec les financeurs, avec le maître d’œuvre.
Avec la population bien entendu : 2 réunions publiques ont eu lieu pour expliquer le projet, ses enjeux, son dimensionnement et son financement.
Avec les riverains avant et pendant les travaux.
Elle se poursuit toujours avec l’Interv’al et la CCB pour affiner les conditions de mutualisation des locaux.
Il a aussi été choisi de proposer aux habitants de participer à certains moments importants : les enfants de l’accueil de loisirs ont fabriqué des briques de terre crue qui sont intégrées dans le mur de terre situé dans le hall.
Et un appel à des habitants volontaires pour réfléchir aux côtés d’élus, et d’agents de la collectivité afin de proposer des noms à cet équipement et le soumettre au vote du conseil municipal.

3. Les services
Alors que trouve t-on dans la Canopée ?
L’une des cours extérieures à laquelle on accède par quatre salles d’activité dont une dédoublable, seront utilisées toute l’année pour accueillir la garderie périscolaire municipale, les temps d’accueil du mercredi matin et l’accueil de loisirs géré par l’Inter’val les mercredi après-midi et des vacances scolaires.
Un espace jeune avec mezzanine pour les adolescents. Des bureaux pour les animateurs de l’Interval, mutualisés avec la commune.
Une salle d’animation destinée aux activités associatives, une petite salle de réunion utilisable par les services et les associations et un hall d’accueil qui sert de lieu de rencontre pour tous les publics qui se retrouveront dans la Canopée : un lieu de passage, de pause, de discussion, d’information. Bref un carrefour où toutes les générations se croisent.
Lors de la porte ouverte organisée début juillet, 500 personnes de tous âges, se sont déplacées pour découvrir la canopée : venant de Plélan mais aussi des communes voisines. C’est important de le préciser car seront accueillis des publics venant aussi des autres communes, qui représentent entre ¼ et 1/3 des usagers.
Conformément aux objectifs  fixés, les enfants ont pu profiter de l’accueil de loisirs cet été. Les premiers bébés et tous petits ont découvert la cabane mi aout et nous allons pouvoir ouvrir progressivement les créneaux de la salle d’animation aux activités de l’Inter’val et aux associations.

4. Développement durable
Un bâtiment public en ossature bois et paille, utilisant des matériaux bio-sourcés dans les murs, le sol, avec une préoccupation forte autour de la qualité de l’air intérieur par le choix des matériaux de revêtement de sol, les faux plafonds ou la peinture.
Un bâtiment qui se rapproche du niveau passif, avec du triple vitrage, chauffé avec une petite chaudière bois granulés et tempéré avec une ventilation double flux. Avec une cuve de récupération des eaux de pluie, des puits de lumière naturelle et un traitement acoustique des locaux très efficace.
Limiter la consommation d’énergie grise des matériaux, en étant attentifs à la santé des enfants et des professionnels, en limitant les besoins énergétiques et en mettant en œuvre des solutions architecturales pour réduire le risque de surchauffes en été.
Cette construction permet à des entreprises de maîtrise d’œuvre, de tester la conception de solutions écologiques, aux artisans et compagnons du bâtiment de les mettre en œuvre.
La commune prépare ainsi la filière de construction qui doit répondre aujourd’hui et a fortiori demain aux enjeux de raréfaction des matériaux issu des énergies fossiles. C’est le rôle de la commande publique que de soutenir et développer des solutions nouvelles.

5. Financement
L’investissement porté pour cette tranche 1 est de 4 158 757 € TTC : 532 510 € d’honoraires de maîtrise d’œuvre et 3 626 247 € de travaux.
Ces travaux incluent la viabilisation de la parcelle, la création de la voirie et des cheminements piétons, du stationnement et de l’éclairage public.
La commune de Plélan finance 1 184 510 €
La communauté de communes de Brocéliande a une place particulière dans ce projet puisqu’elle est à la fois financeuse, grâce à un fond de concours de 625k€ mais aussi maitre d’ouvrage, rôle qu’elle a délégué à la commune, et prend donc en charge à hauteur de 274 k€ la partie multi-accueil c’est-à-dire accueil de la petite enfance, permettant ainsi l’ouverture de la 1ère crèche collective publique de la communauté de communes de Brocéliande.
L’Etat  a aidé fortement avec 510 000€ dont 300 au titre du FSIL et 210 au titre de la DETR
La CAF apporte 318 545 €
La Région Bretagne apporte 200 000€
Le conseil départemental d’Ille et vilaine apporte 240 000€ au titre du contrat de territoire.
Ce projet a été lauréat de l’appel à projet bâtiment performants portée par l’ADEME et la Région Bretagne en 2015 : l’ADEME apporte donc à ce titre 61 750 € et la Région la même somme.
La CAF et la Mutualité sociale agricole ont octroyé un prêt à taux 0 à hauteur respectivement de 50 000 € et 100 000 €
Et la récupération de TVA permet de boucler le budget avec 682 000€.
Enfin, en complément du mobilier réutilisé,  investissement de 38 800 k€ dans du mobilier neuf, pour lequel la CAF a octroyé une subvention de 14 800k€.

Crédits Ouest-France
Voir plus

Articles Similaires

Close
Close