Vie de la permanence

Visite de Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance

1000 parents pour penser les 1000 premiers jours

Entre le début de la grossesse où le fœtus commence à interagir avec son environnement et celui où l’enfant prononce ses premières phrases, une partie considérable de son développement est en jeu.
Cette période, comprise entre le 4e mois de grossesse et les deux ans de l’enfant, ce sont les 1000 premiers jours. Un laps de temps relativement court où l’être humain se développe plus rapidement que dans toute autre période de sa vie : le bébé grandit de deux centimètres par mois, la taille de son cerveau est multipliée par cinq et les connexions neuronales s’y établissent à la fréquence de deux cent mille par minute.
Grâce aux progrès de la médecine et de la science, l’importance de ces 1000 premiers jours fait désormais l’objet d’un consensus de tous les experts de la grossesse et de la petite enfance. C’est également à la lumière de ces progrès scientifiques que le ministère des Solidarités et de la Santé s’engage à réinventer le soutien à la parentalité sur cette période à travers le « parcours 1000 jours ».

Pour cela une commission a été mise en place, Les travaux de la commission présidée par Boris Cyrulnik
La préparation du « parcours 1000 jours » s’appuiera également sur les travaux d’une commission de dix-huit experts, présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik.
La commission rendra son rapport au début de l’année 2020, autour de quatre grandes priorités :
1. Élaborer un consensus scientifique sur les recommandations de santé publique (alimentation, environnement du bébé etc…) concernant la période des 1000 premiers jours
2. Construire un parcours du jeune parent plus lisible, plus complet et très pratique pendant cette période
3. Apporter un éclairage scientifique sur la question des congés de naissance
4. Repenser les modes de garde et le système d’accueil du jeune enfant à horizon 10 ans

Suite à l’installation de la Commission d’experts des 1000 premiers jours de la vie de l’enfant par le Président de la République le 19 septembre dernier, Adrien Taquet a lancé l’opération « 1000 parents pour penser les 1000 jours » et va régulièrement à la rencontre de parents partout en France pour recueillir leurs témoignages, leurs avis et leurs suggestions sur cette période de la vie importante à la fois pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

Donner la parole aux parents pour bâtir le « parcours 1000 jours » : 
Ce besoin d’un meilleur accompagnement est exprimé par les parents eux-mêmes : face au sentiment d’être trop souvent seuls face à la parentalité, ils et elles demandent un meilleur accès aux services de santé et de soins, une information plus fiable en termes de nutrition et d’environnement du bébé, l’amélioration des modes de garde, l’adaptation des congés de naissance aux besoins de chaque famille, et une oreille attentive pour répondre à leurs interrogations lorsqu’ils en ont… Répondre à chacune de ces demandes, c’est l’ambition du « parcours 1000 jours » de soutien à la parentalité que le Gouvernement présentera dans les prochains mois.

Le lundi 20 janvier 2020, Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance auprès de la ministre des solidarités et de la santé, est venu sur la circonscription, à la rencontre des parents et des professionnels de la petite enfance autour du plan gouvernemental des 1000 premiers jours de la vie de l’enfant.

14h30 : Visite  Centre Hospitalier Intercommunal Redon-Carentoir
> Visite des services du pôle femme-enfant et échanges mamans présentes au sein de la maternité
> Table ronde en présence des personnels soignants, de jeunes parents et de futurs parents sur le thème des besoins et des dispositifs à généraliser lors de l’accompagnement à devenir parents

16h00 : Multi-accueil « la Barbotine » à Redon                                                                                                           >  Visite des locaux
> Table ronde autour de la formation dispensée par l’Institut Petite enfance par Boris Cyrulnik, présentation du sujet d’étude « observation et aménagement des espaces de jeux »

18h30 : Atelier d’échange et de travail : « 1000 parents pour penser les 1000 premiers jours »à Lohéac
> Atelier de travail sur 3 thématiques :
o Modes de garde
o Congés parentaux
o Prévention santé (protection face aux écrans, nutrition, perturbateurs endocriniens)

Dont voici le compte rendu :

Prévention santé :

Constat :

– Des parents avec des besoins différents
– Plus de présence de PMI sur le territoire national à la pluridisciplinarité dans les services et transversalité avec les autres professionnels sociaux.
– PMI permet une évaluation.
– Certains parents ne se saisissent pas des séances prénatales (7 séances).

Améliorations :
– Critères de priorité pour les mesures éducatives pour les très jeunes enfants compte tenu de la vulnérabilité aggravée du nourrisson.

– Rendre moins difficile la mise en place des spécialistes comme les pédopsychiatres alors que les diagnostics ont déjà été faits.
– Permettre des évaluations plus approfondies à la maternité quand le clignotant est +++.
– Développer les accompagnements à domicile.
– Gestion des moyens donnés à la PMI (surbookée).
– Un numéro vert pour permettre une information généraliste sur tout le territoire et permettre une évaluation et une orientation vers une personne adaptée.
– Besoin de repères sur le personnel de la petite enfance.
– Revoir l’image de la PMI.
– Instaurer des consultations à la parentalité et un suivi paramédical pas uniquement sur allaitement.
– Rencontre avec une puéricultrice avant la naissance avec thème :
Déculpabiliser les parents, (pleurs, couchage lieu de vie, alimentation. Régurgitation, soins du nez, écrans, prévention accidents domestiques…)
– Une permanence de soins (urgences pédiatriques, pour éviter d’engorger les services d’urgence déjà bien chargés et pour pallier les angoisses parentales).

– Retour anticipé par une puéricultrice et non par une sage-femme afin d’assurer ces consultations, par exemple par les infirmières de pratiques avancées, il faudrait ne pas limiter les consultations à 4 visites par an, et en prendre en compte la prévention la détection dans les forfaits de rémunération (pas que de la clinique).
– Mise en sécurité de l’enfant avec visite à domicile.

Congés parentaux :

Constat :

– Trop court au premier enfant.
– Indemnités trop faible.

Améliorations :

– Un congé parental à se partager entre les parents sans impact sur la reprise de l’emploi, retrouver son poste et ou ne pas subir de pression.
– Devrait être plus flexible.
– Congé maternité mieux indemnisé au moins les six premiers mois.
– Un véritable dispositif de soutien à l’allaitement.
– Aide (financière, humaine), pour les foyers monoparentaux au moins jusqu’au un an, avec une structure ou un lieu d’accueil. :
– Un entretien prénatal avec les deux parents et un entretien postnatal jusqu’au 40 jours.

Mode de garde :

Constat :

– Pas assez de Multi accueil ni d’assistante.
– Difficultés pour les horaires atypiques (Industrie, grandes et moyennes surfaces, restauration, santé…)
– Difficultés importantes pour les familles monoparentales, pour une insertion sociale et professionnelle : (contrat en CDD intérim réactivité à l’offre d’emploi …)

Améliorations :

– Soutenir la création de crèches interentreprises
– Soutenir la création de MAM. Via les communes, via les EPCI. Verser aux MAM les mêmes avantages en crèche au moment de la création et le même cadre éducatif.
– Favoriser le mode de garde via les crèches
– Subventions versées aux assistantes maternelles si elles acceptent d’autres horaires où des situations plus lourdes (pathologie).
– Mieux informer les parents sur leurs droits vis-à-vis des assistantes maternelles et sur le droit de travail.

 

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page