Canton de GuichenCanton de RedonCirconscription

Visite de Marc Fesneau, Ministre chargé des Relations avec le Parlement

Vendredi 5 juillet 2019, 

Après un petit-déjeuner républicain à la Préfecture de Région en présence de nombreux élus du département, j’ai eu le plaisir de recevoir Marc Fesneau, Ministre chargé des Relations avec le Parlement au sein de la circonscription.

 

La matinée s’est déroulée au sein de l’entreprise BIC à Redon. L’usine BIC emploie à Redon près de 360 personnes. Entreprise familale, BIC est le Leader mondial en papeterie, briquets et rasoirs, qui contribue au rayonnement et la vitalité économique du territoire. Plus de 3 millions de briquets BIC de poche, soit 50 % en volume de la production mondiale, sont produits chaque jour sur ce site où BIC a développé des procédés et des outils industriels uniques et hautement technologiques

Direction Lohéac où un échange-déjeunatoire s’est déroulé en présence d’une quarantaine de maires, d’adjoints et d’élus de la circonscription, de Madame Michèle Kirry, Préfète de la Région Bretagne et d’Ille-et-Vilaine, de Monsieur Jacques Ranchère, Sous-Préfet de Redon, de Madame Francoise Gatel, Sénatrice d’Ille-et-Vilaine, de Anne Patault, ma suppléante et Vice-Présidente de la Région Bretagne et de Monsieur Jean-François Mary, Président de Redon Agglomération.

Cette rencontre a permis de revenir sur le Projet de Loi “Engagement et Proximité” porté Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales ayant pour objectif de donner plus de liberté aux maires et clarifier, faciliter les conditions d’exercice de leur mandat.

Ce moment convivial et de proximité a également permis d’échanger sur la dynamique des territoires intermétropolitains
> Compétences des collectivités
> Utilité des communes nouvelles
> Retour sur la loi NOTRE
> Réaffirmer le rôle des communes
> Parité Femmes/Hommes aux élections

Fin de journée au cœur du Campus E.S.P.R.I.T de Redon, accueillis par Anne Patault et Thierry Sauvage, respectivement Présidente et Directeur du Campus.

> Présentation des formations et des projets d’innovation (hydrogène) au sein de ce Campus de Proximité et faisant partie des 13 « campus connectés » lancés par madame Vidal Frédérique, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et madame Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités. Un campus connecté permet, à distance, de reconnecter aux études supérieures les jeunes vivant loin des grands pôles universitaires

> Présentation de la plateforme avec démonstration par les chercheurs et ingénieurs du campus de la création de cartes électroniques sur une ligne de montage utilisée par les étudiants. De même, visualisation de composants en les observant via des microscopes.

 

REVUE DE PRESSE

Ouest-France : 

Crédits Ouest-France

« Redon est un territoire qui a du potentiel »

En compagnie du député Gaël Le Bohec, Marc Fesneau a visité la réplique d’une ligne de production utilisée par les étudiants du campus Esprit.

Ce vendredi 5 juillet 2019, le ministre Marc Fesneau, en déplacement dans le pays de Redon, a été impressionné par le dynamisme du territoire. Un constat qu’il a fait après la visite de Bic et du campus Esprit.

« J’ai été prévenu que le ministre allait venir il y a moins de 48 heures », explique Alan Minlo, responsable de la plateforme technologique du campus Esprit (Enseignement supérieur professionnalisation recherche innovation technologies). Ce ministre, c’est Marc Fesneau, chargé de la relation avec le Parlement, venu ce vendredi 5 juillet 2019 dans le Pays de Redon. Mais l’enseignant ne semble pas stressé. « On doit toujours être prêt à recevoir des élus, pour leur présenter la plateforme, assure-t-il. La pression, elle était plus pour ceux qui devaient organiser le buffet. »

Après que Thierry Sauvage, directeur de l’établissement, et Anne Patault, vice-présidente de la région, ont expliqué l’intérêt du campus, le ministre a pu visiter la réplique d’une ligne de montage sur lesquels les étudiants s’exercent à produire des cartes électroniques. Une démonstration qui a l’air d’avoir beaucoup plu à Gaël Le Bohec, député de la 4e circonscription d’Ille-et-Vilaine, et à Marc Fesneau. Les deux hommes se sont prêtés au jeu des tests, en observant les matériaux au microscope par exemple.

« Au contact du terrain »

Une visite loin d’être anecdotique, pour ce ministre qui aime à dire qu’il n’a pas de « thématique définie » par son poste. « Je suis au carrefour de plusieurs compétences », estime-t-il. Il a appelé Gaël Le Bohec et a organisé une programmation autour des questions territoriales. Ce matin, il a visité le site redonnais de l’entreprise Bic, où sont fabriqués des briquets jetables. Et à midi, il a longuement dialogué avec des élus locaux venus le rencontrer à Lohéac. Marc Fesneau avait à cœur de rappeler que « les ministres devaient être au contact des parlementaires, eux-mêmes au contact du terrain ».

La visite de Bic et du campus Esprit avaient pour objectif de montrer au ministre les atouts du territoire redonnais. « En Bretagne, nous sommes dans une région avec une identité et une démographie avantageuses », a-t-il assuré. Marc Fesneau a également pu voir les difficultés auxquelles était confronté le territoire, comme la désertification du centre-ville. Sur cette question, « chacun a son rôle à jouer, affirme-t-il. Les collectivités, mais également les consommateurs. Il ne faut pas abandonner les centres-villes ».
En conclusion de cette journée dans le pays de Redon, le ministre a souhaité insister sur les points positifs : « C’est un territoire qui a du potentiel. Il est bien plus dynamique que d’autres. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/redon-35600/redon-est-un-territoire-qui-du-potentiel-6432517

 

 

Le Télégramme : 

Intercommunalités. Marc Fesneau : « Il faut assumer les divorces »
Publié le 05 juillet 2019 à 18h35 Modifié le 05 juillet 2019 à 18h42

Crédits Le Télégramme

Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement, la sénatrice UDI Françoise Gatel et le député LREM Gaël Le Bohec. (Le Télégramme / Philippe Créhange)

En visite à Lohéac (35) ce vendredi, le ministre chargé des Relations avec le Parlement a échangé avec des élus locaux. Une occasion de donner sa vision de la décentralisation alors que le projet de loi « Proximité et engagement » sera débattu à l’automne.
Comme partout dans le département, il faisait chaud ce vendredi à Lohéac, petite commune de 680 habitants au sud de l’Ille-et-Vilaine connue pour son rallycross et le musée de l’automobile de Michel Hommell. Le patron du restaurant La Gibecière, dans la rue principale, avait heureusement prévu des chapeaux de paille pour préserver les crânes des quelque 50 élus du secteur venus écouter le ministre des Relations avec le Parlement à l’invitation du député du secteur Gaël Le Bohec. Un nom d’établissement tout trouvé au moment où La République en Marche (LREM) et le Modem espèrent glisser dans leurs besaces de nouvelles têtes pour les municipales.

Dans un long discours, on a cru un moment que c’était Jacqueline Gourault, ministre de l’Aménagement du territoire qui avait fait le déplacement en Bretagne tant Marc Fesneau s’est étendu sur les relations avec les territoires, projet de loi « Proximité et engagement » oblige. Un ministre Modem qui sait toutefois de quoi il parle. Ex-maire d’une petite commune (Marchenoir dans le Loir-et-Cher) et ancien président d’une Communauté de communes, il reste conseiller communautaire. Une fonction aux avant-postes lui permettant d’être critique quant à l’organisation des compétences et des territoires en France.

Avec la loi NOTRe votée sous François Hollande, qui renforce les intercommunalités, « on a fait une décentralisation centralisée. La compétence s’exerce partout pareille », diagnostique Marc Fesneau. Or, selon le ministre, on ne gère pas les déchets ou le commerce de la même façon selon que l’on administre une petite ou une grande commune. Sans parler de ces nouveaux syndicats créés sous prétexte que les nouvelles intercommunalités n’étaient plus en capacité de gérer certaines compétences. « On marche parfois sur la tête. On a fait des intercommunalités sur la taille démographique. Il y a des périmètres qui, cinq ans après, ne fonctionnent pas. Même si on ne doit pas tout recasser, il faut assumer les divorces dans certains cas. » Cas pratique posant par exemple aujourd’hui problème : les services de cantine. « Pourquoi harmoniser ? L’harmonisation se traduit bien souvent par une augmentation des tarifs pour les citoyens. » Et d’appeler à un concept de « différenciation intracommunautaire. » S’adressant alors à François Gatel, également présente, Marc Fesneau a prévenu la sénatrice UDI, qui devra à l’automne s’exprimer sur le projet de loi : « Soyez prudente, parce qu’on croit bien faire et on norme beaucoup. » Ce en quoi l’élue lui a rétorqué avec le sourire qu’au Sénat, « on l’est toujours. »

https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/intercommunalites-marc-fesneau-il-faut-assumer-les-divorces-video-05-07-2019-12331865.php

Voir plus

Articles Similaires

Close
Close